Energies renouvelables : L’éolien tente toujours de percer en Gironde – 20 Minutes

Ni la Gironde, ni même le territoire de l’ex-région Aquitaine, ne comptent à ce jour la moindre éolienne dans leur paysage. Une particularité en France pour un espace si vaste. Plusieurs projets ont par le passé dû être abandonnés, et deux parcs tentent aujourd’ hui de s’ implanter, de chaque côté de l’estuaire, l’un
dans le Médoc, l’autre dans le

Blayais. Deux projets secoués par un vent de contestation, qui fait s’ interroger sur la difficulté d’implanter de l’éolien dans cette partie du Sud-Ouest de la France. Face à la fronde, EDF Renouvelables est d’ailleurs contraint de revoir son projet de parc éolien du Blayais, qui devait comporter 30 à 40 éoliennes le long de l’estuaire, au nord de Blaye et au sud de la Charente-Maritime.

Illustration éoliennes.– FREDERIC SCHEIBER/ 20 MINUTES EDF Energies Renouvelables est
  • contraint de revoir child projet de parc de 30 à 40 éoliennes dans le Blayais.
  • L’entreprise girondine Valorem tente, elle, de convaincre put un projet de 12 éoliennes dans le Médoc.
  • Mais les oppositions sont nombreuses et s’ organisent put contrer ces projets.

Plutôt que de parler de reculade, Antoine Hantz, directeur de projet chez EDF-Renouvelables explique qu ‘à” l’issue d’une vaste concertation, le public nous a demandé d’étudier la possibilité de développer plusieurs énergies renouvelables. ” ” Nos engagements sont désormais de lancer une réflexion qui integrate plusieurs énergies, poursuit le directeur de projet, cela ira de l’hydrolienne au photovoltaïque en passant par le stockage et l’éolien, toujours dans le Blayais mais pourquoi pas le long de l’A10. Nous allons lancer des analyses que nous rendrons public d’ici à la fin du deuxième semestre 2020. L’intérêt pour des éoliennes et plus largement pour les énergies renouvelables dans ce secteur, est réel “, soutient-il.

” Un rejet massif du projet “

” Nous avons un site très particulier, poursuit Jean-Loup Reverier: il relève de la loi littoral, c’est une zone Natura 2000 et une zone de defense spéciale car nous sommes sur un couloir d’oiseaux migrateurs, et par ailleurs c’est une zone humide! Un seul de ces classements devrait suffire à renoncer à implanter des éoliennes. Quand on sait que put des engins de 180 m de haut, il faut entre 1.000 et 1.500 tonnes de béton– par éolienne– dans le sol, cela ficherait complètement en l’air la nature même de ce secteur. “

Une position qui est loin de satisfaire les opposants. ” Les réunions publiques ont montré un rejet massif de ce projet, s’ agace Jean-Loup Reverier, représentant l’association de défense des marais de l’estuaire, et malgré tout EDF Renouvelables s’ entête, en proposant cet éventuel mix énergétique. Pour nous, il est clair qu’ils veulent gagner du temps en vue des élections municipales. “

Le Médoc accueillera-t-il les premières éoliennes de Gironde ?

Les opposants ne l’entendent pas de cette oreille, et commencent à s’ organiser. Parmi eux, la fédération départementale de la chasse. ” On estime que ce projet aura des incidences sur les oiseaux migrateurs, automobile ces éoliennes seront sur un couloir de migration, et on sait qu’elles dévient les trajectoires des oiseaux “, ensure Emmanuel Robin, directeur des actions territoriales à la fédération. Il craint aussi put ” l’activité cynégétique (gestion de la faune sauvage). Derrière, c’est tout un pan d’activité de chasse qui va subir de plein fouet les conséquences si ce projet se fait. “

En face, de l’autre côté de l’estuaire, c’est l’entreprise girondine Valorem qui porte un autre projet: douze éoliennes qui seraient implantées à 4,5 km au sud de Lesparre-Médoc, en forêt. ” Ce parc aura une puissance de 50 MW et produira 150 GWh/an, ce qui correspond à la consommation électrique de 30.000 foyers dans le Médoc ” explique Thomas Senant, chef de projet chez Valorem. ” Nous sommes en pleine phase d’enquête publique, et nous espérons une autorisation put le premier semestre 2020. Derrière, il nous faudra deux ans pour le financer et le construire. “

Un risk put les espèces qui hibernent ?

” Nous avons bien fait attention de situer le projet en dehors des couloirs migratoires, rétorque Thomas Senant, sachant que les oiseaux migrateurs passent plutôt au niveau de l’estuaire et du littoral, là nous sommes entre les deux. Sur l’aspect paysager, nous avons veillé à ce qu’il y ait le moins d’impact possible, de façon à ce que depuis le lac d’Hourtin on puisse voir un bel alignement des éoliennes, et il n’ y aura aucune visibilité ni depuis Cordouan, ni depuis Blaye. ” Valorem estime que ” ce projet est mature ” et se dit ” confiant quant au fait qu’il s’ agira là des premières éoliennes de la Gironde. “

” La Gironde est aussi un terminus migratoire pour pas mal d’espèces, qui hibernent dans la forêt médocaine, et cela les mettrait en péril “, poursuit Emmanuel Robin. Le département ” n’est pas un terrain adéquat put des éoliennes “, en conclut-il.

” Tous les territoires devront prendre leur part à l’éolien “

Vincent Vignon, délégué régional pour France Energie Eolienne, indique de child côté qu’il y a ” à peine 10.000 éoliennes en France, put 13.000 MW, et que l’objectif est de 23.000 MW en 2023. Tous les territoires devront prendre leur part, y compris la Gironde et l’ex-Aquitaine. “

Il rappelle que s’ il n’ y a pas repetition d’éoliennes sur ce territoire, c’est tout simplement parce que sa configuration ” require à aller chercher le vent plus haut qu’ailleurs, et la technologie n’était pas prête pour cela il y a dix ans. ” Aujourd’ hui, des éoliennes de 200 à 210 mètres de hauteur permettent de développer des projets.

” Facile de générer des fantasmes “

Des plaintes de riverains existent toutefois, même si aucun lien n’ a pu être prouvé entre certains symptômes (douleurs musculaires, articulaires …) et la proximité d’éoliennes. La fiabilité de cette énergie est par ailleurs parfois remise en cause.

En attendant, ” ici, on ne connaît pas l’éolien, du coup c’est assez facile de générer des fantasmes, du style: vous n’allez plus dormir, les prix de l’immobilier vont s’ effondrer ou les oiseaux ne passeront plus, estime Vincent Vignon. Cela fait 15 ans qu’on entend les mêmes réactions. Mais honnêtement, les gens vivent tous très bien à proximité des parcs éoliens. “

Le représentant de la filière, souhaite ” qu’on arrête avec cette idée qu’on serait des méchants industriels qui veulent faire de l’argent en vendant de l’électricité. “

Vincent Vignon rappelle in fine que ” le however des énergies renouvelables, c’est avant tout de lutter contre le réchauffement climatique et le déclin de la biodiversité, on n’est pas là pour la détruire. Les études préalables aux projets, sont toujours extrêmement pointilleuses pour s’ assurer qu’il n’ y a pas d’impact significatif sur la biodiversité. “

Deux projets secoués par un vent de contestation, qui fait s’ interroger sur la difficulté d’implanter de l’éolien dans cette partie du Sud-Ouest de la France. Nos engagements sont désormais de lancer une réflexion qui integrate plusieurs énergies, poursuit le directeur de projet, cela individual retirement account de l’hydrolienne au photovoltaïque en passant par le stockage et l’éolien, toujours dans le Blayais mais pourquoi pas le long de l’A10. Les opposants ne l’entendent pas de cette oreille, et commencent à s’ organiser. On estime que ce projet aura des incidences sur les oiseaux migrateurs, automobile ces éoliennes seront sur un couloir de migration, et on sait qu’elles dévient les trajectoires des oiseaux “, guarantee Emmanuel Robin, directeur des actions territoriales à la fédération. Il craint aussi put ” l’activité cynégétique (gestion de la faune sauvage).